La newsletter

A propos de notre petite pagaille


La production

Sur un petit peu plus d'un hectare d'une terre tout à fait particulière -essentiellement limoneuse sur un sous-sol étanche- croissent un peu plus de 300 espèces et variétés de plantes alimentaires. Certaines communes, d'autres rares, voir très rares à l'image de la Poire de terre Cochet, de la glycine tubéreuse ou des Cannas comestibles.

Si notre volonté a toujours été de diversifier au maximum notre gamme de plantes, nous avons également choisi de diversifier nos types de production. Ainsi, nous proposons des légumes 'à consommer', des plants de légumes que chacun pourra cultiver dans son jardin, et enfin des semences sous contrat avec La Ferme de Sainte Marthe pour leur commercialisation.

Nous produisons selon les règles de l'agriculture biologique, et sommes certifiés par Ecocert (n° de licence 187 739P), même si je regrette de plus en plus que ce label se vide de son sens progressivement. Ainsi, comme nombre de producteurs bio nous nous sommes fixés au-delà du règlement officiel un cahier des charges personnel plus restrictif : pas de paillage plastique, pas de lutte intégrée etc.

 

Les Ventes

Nous avons cessé il y a quelques années paniers et vente directe à la ferme. Si ce schéma nous convenait d'un point de vue humain, il nous devenait impossible de cumuler travail au champ avec une production extrêmement diversifiée et temps à consacrer à la vente aux particuliers. Nous ne faisons dorénavant "que" quelques ouvertures ponctuelles ( à suivre sur la rubrique actualités de la page d'accueil) lors de manifestations exceptionnelles. Hormis pour quelques restaurateurs comme Bernard Charret et son équipe aux Chandelles Gourmandes, le reste de notre production est donc commercialisé en circuits longs, c'est à dire avec l'intervention d'intermédiaires : 'Biolinet' à montlouis sur Loire, 'Terroirs d'avenir' à Paris.

Toujours en mouvement, depuis un an, climat et sol détrempé obligeant, nous nous orientons de plus en plus vers la multiplication à destination des professionnels -maraîchers, horticulteurs etc.- et des particuliers aussi bien sûr qu’à la culture de plein champ. A l’heure où j’écris ces lignes, je ne sais pas encore quelles orientations je suivrais cette année : le climat décidera pour moi.

 

 

Dans les jardins et  ailleurs

 

Non que je m'ennuie, mais j'ai la chance de pouvoir intervenir hors de ma petite pagaille :

  • Au potager du Roi à Versailles :  J'ai depuis 2 ans déjà le plaisir mais aussi la lourde tâche de remplacer Yves Gillen à la formation continue.

 

  • Au jardin des plantes de Nantes : Ne se contentant pas d'un jardin magnfiquement arboré, d'avoir de superbes collections visitables, l'équipe de ce jardin déborde de projets. Cette année les plantes potagères sont à l'honneur, et je participe à une exposition "grandeur nature" présentant les plantes sauvages et leur évolution pour devenir des plantes cultivées. 

 

  • Au domaine de Chaumont sur Loire : Chaque année en fonction du thème retenu pour le festival des jardins, je fournis les plants et accompagne les jardiniers dans la conception du potager.

 

  • Des formations : Que ce soit pour des centres de formation comme 'Cléome' ou à titre personnel, j'anime des formations destinées aux particuliers ou aux institutions toujours en lien avec le plaisir du potager : « Potager en couleur » « Des légumes pour l’hiver » « Concevoir, créer et entretenir un potager bio », " Arroser peu, arroser bien" etc.

 

  • Des conférences : A ce mot un peu ronflant, je préfère l'expression "Présentation et échanges". Ainsi,  c'est avec plaisir que je me suis montré particulièrement bavard au Muséum d'histoire naturelle de Nantes, au ministère de la culture ou à la société d'horticulure de Marseile sur des sujets comme  « Retrouvons nos racines », "Le jardin nourricier", "L'univers des cucurbitacées" etc.

 

  • Des expositions : Nous avons la chance qu'on parle énormément des plantes potagères depuis quelques années. C'est bien. Mais les voir est à mon avis encore mieux, et c'est pour cette raison que nous montons régulièrement des expositions destinées à donner une idée de ce que peut être une partie de l'incroyable diversité des plantes alimentaires à notre portée. En partenariat avec l'Hebdomadaire Rustica (www.rustica.fr), notre exposition « Plaisirs potagers » a eu par exemple le plaisir de voyager de St Jean de Beauregard à Nantes en passant par la clôture du festival des jardins du domaine de Chaumont sur Loire.  Cette année, nous approfondirons « Le salon des refusées du potager » que nous avons présenté pour la 1ère fois l’automne dernier à Chaumont sur Loire.